AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Esseulée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
PAROLES : 93
RENAISSANCE : 04/04/2016
AGE : 21
PATRIE : Royaume du Nord
CREDO : N'oubliez jamais que rien n'est impossible pour qui y croit vraiment.



PANTHERINAE ID
RANG: Acteur
RÉSUMÉ:
: 10
MessageSujet: Esseulée ? Lun 18 Avr - 0:14


« Attends moi, Raël ! Gémit la lionne grise en galopant à quelques dizaines de mètres de son frère.

- Dépêches-toi donc An'… Tu es sans cesse à la traîne… Et tu souhaites être une chasseuse pour le compte de la cité ? On est pas sorti de l'auberge… Le Royaume du Nord ne sera jamais approvisionné avant la fin de l'hiver ! La railla le lion brun dans un sourire.

- Oh tais-toi donc guerrier raté : moi au moins j'apprends, et je le suis presque ! Tu serais même étonné de voir comme je suis douée pour débusquer les bêtes, discrète comme je suis ! S'exclama la femelle claire en bombant son torse, un souffle puissant s'échappant de son museau rose clair. Puis, arrêtant là son cinéma, elle laissa glisser son regard sur le géant d'écorce qui se tenait fièrement au devant d'eux : C'est donc lui… » Murmura-t-elle, toute admirative.

Son frère la bouscula dans un petit rire amusé, trottinant vers ce qui semblait être le véritable seigneur de ces terres. Sa longue crinière hirsute se balançant à chacun de ses mouvements aériens, chose étonnante pour sa corpulence. La lionne, presque deux fois plus petite que le mâle, contempla avec émerveillement cet être impressionnant issu de la nature avant de finalement s'en approcher. Elle n'en revenait pas ses yeux : il était si… Si majestueux ! Fort et en même temps presque d'une douceur infinie. Comme une enfant, elle ronronna presque à cette vue. Cet arbre était rassurant, bien qu'une angoisse liée à ce qu'il pouvait cacher la tenaillait dans les profondeurs de sa jeune âme.

Mais il lui fallait de nouveau avancer et rejoindre le grand lion aux couleurs d'automne, déjà gentiment installé sur un petit monticule, en oubliant tout de ces possibilités. Joueuse, elle sauta sur le félin qui étouffa un cri en se retournant pour l'attraper entre ses pattes avants puissamment musclée : il l'a maintenu pourtant avec douceur sur son ventre de peluche géante ; affichant un sourire de vainqueur, une idée bien précise en tête. Qu'est-ce qu-… Mais avant qu'elle ne comprenne, les pattes du mâle s'agitèrent, chatouillant sa cadette comme jamais. Son rire cristallin résonna en même temps que le gazouillis des oiseaux pendant quelques minutes qui lui parurent une éternité avant qu'il ne décide de s'arrêter dans un soupir de satisfaction, laissant la grise reprendre son souffle pendant que ses pupilles vertes, seule similitude entre le frère et la sœur, se glissaient sur ce pourquoi ils étaient là : faire découvrir l'arbre géant à la plus jeune.

« Annie'… Penses-tu que… Hum. Non, rien. Se renferma de nouveau Raël.

- Qu'est-ce que tu as ? S'inquiéta la grise, habituée aux questionnements angoissés du lion brun.

- Rien, oublie. Je divaguais, ne t'en fais pas.

- Si, dis moi ! Ta petite sœur veut savoir ! S'exclama-t-elle, un sourire aux lèvres alors qu'elle appliquait la même sentence que Raël à son encontre, en moins tenace, il faut le reconnaître.

- D'accord ! D'accord ! Stooop ! Hurla le mâle en gesticulant. Il poussa d'ailleurs la jeune femelle sur le côté afin de se retourner et d'être à son aise, sans le poids pourtant plume de la femelle. Il soupira doucement. Je me demandais juste ce qu'il se passerait si un danger venait troubler notre paix… Comme le Sud, par exemple… Répondit-il pensivement. Il semble que là-bas, il y ait plus de dangers qu'on ne le pense… Cela pourrait arriver ici. La maladie, la mort semble y être monnaie courante. Cela pourrait tout changer.

- Sans doute. Annonça-t-elle de but en blanc, provoquant un moment de stupeur de la part du lion brun. Mais cela ne change rien : nous nous protégerons mutuellement. Tant que nous sommes ensemble, tout me va ! Ronronna-t-elle en se couchant contre son frère.

- Hum. Tu as raison : je serais toujours là, Anwani, je ne laisserais personne te faire du mal, ma chère petite sœur ! » Ronronna-t-il à son tour, frottant son immense tête contre celle plus menue de la féline.



Quel lointain souvenir que voici. Ou du moins, elle en avait l'impression : il n'était pas si lointain, il ne remontait qu'à quelques années en arrière lorsqu'elle et Raël avaient enfin trouvés leur place. La lionne se trouvait sur ce fameux monticule que le mâle avait occupé, juste à côté du Roi des arbres. Pendant quelques temps, elle avait pensé que le lion brun reviendrait, comme si de rien n'était. Il n'en était rien. Elle ne savait plus depuis quand il avait commencé à changer, exactement. Cela avait commencé par des griefs contre la noblesse : il n'en parlait jamais, mais il semblait que certaines choses lui déplaisaient parmi les aristocrates. Puis, le mammouth et Noxious, toujours vivant d'ailleurs, avaient fini par le changer totalement. Il avait disparu, l'abandonnant. Et en plus, il avait fini par avoir raison : des dangers inattendus étaient apparus. Encore plus que ceux qu'il avait pu prévoir à cette belle époque.

Le félin gris courba l'encolure pour regarder la ramure de l'arbre : elle n'avait pas imaginé que cela la mettrait autant dans tous ses états – en même temps, c'était à l'origine inimaginable. Et même : elle n'avait rien pour s'occuper l'esprit autre que des problèmes qui la rendaient anxieuse. La bête cachée dans les égouts, la disparition de son frère, la démolition de la cité et de sa « maison » si l'on pouvait appeler ça comme ça. Et plus aucun travail pour le moment hormis la reconstruction. Non, vraiment, la vie était terriblement morose en ces jours pour la lionne. Même être ici ne la calmait pas, les angoisses du passé refaisant surface avec plus d'intensité. Anwani avait cette étrange impression que rien n'était fini… Rien du tout. Quelque chose dans l'air indiquait que cela n'irait pas en s'améliorant. Elle ne savait pas quoi ou si cela était uniquement pour elle ou pour le Royaume entier mais la jeune femelle en était intimement convaincue : un nouveau malheur arriverait sous peu.

L'ombre que l'arbre lui procurait lui apporta néanmoins un moment de repos dans ce crépuscule naissant, presque de sérénité si on oubliait l'angoisse perpétuelle de voir sa vie détruite par une bête inconnue et la disparition de la seule famille qu'elle possédait. L'air lui paraissait doux, le moment opportun pour lâcher prise… Du moins si elle en était capable. Un fin sourire vint illuminer son visage vierge de tous bijoux : rien ne valait ces moments où elle oubliait son « don » – même si elle détestait cette appellation, elle n'en avait pas de meilleure – ainsi que les espionnages à gogo et autres vols. Pas de malfrat ici, juste une lionne un peu solitaire, perdue et fatiguée qui cherchait un coin pour se perdre un peu plus.

Distraitement, elle roula sur le dos, ignorant les possibles dangers que de futures rencontres pourraient lui amener, et se mettant à ressasser les histoires que son frère lui avait conté sur cet arbre, dans l'espoir de se sortir de son état dépressif de la journée : il serait, selon ses dires, une porte vers un autre monde. Ou plusieurs. Peut-être une autre dimension. Mais une porte vers un ailleurs. Et si c'était le cas ? Qu'est-ce que cela ferait si elle prenait cette porte ? Son esprit divagua vers les éventualités d'un tel acte sans trouver d'autres choses que la destruction. Un nouveau soupir, une brume de bonheur échappée, s'éleva de nouveau dans l'air : rien que d'imaginer cela la terrorisait tout comme la démoralisait. De plus, elle avait été incapable, ces derniers jours, de trouver Rahjäl, l'immense panthère noire érudite, ermite et bougon qu'elle et son frère appréciaient tant. Il n'y avait guère que lorsque celui-ci le souhaitait qu'il se laissait voir, au grand damne de ceux qui le côtoyaient de près. Il y avait même des chances pour qu'il soit dans un arbre, non loin, observant avec indifférence la détresse intérieure de la lionne. Il était ainsi. Mais à cette heure, Anwani aurait bien eu besoin de sa compagnie : elle se sentait bien seule…

Le soir venant, elle allait se retrouver encore plus esseulée que jamais. Malgré ses efforts lors de la journée pour aider à la reconstruction, on continuait de venir la voir pour des prédictions à courts termes. Cela l'épuisait et l'empêchait de faire un travail correct. Mais allez dire à ces personnes que vous ne pouvez rien pour elles ! Alors la grise se pliait à ce qu'on voulait d'elle, comme sa réputation le voulait. Néanmoins, contrairement à il y a quelques mois, elle n'avait plus de personnes avec qui redevenir simplement Anwani, la jeune lionne, et plus uniquement la « diseuse de bonnes aventures ». Cela lui manquait cruellement. Pourtant, elle devrait s'en accoutumer : elle était cette diseuse, qu'elle le veuille ou non, et peu de personnes viendraient la chercher dans les prochaines semaines pour des contrats d'espionnage ou de vol. Elle devait accepter cet état.

Soudain, elle se rendit compte que le Soleil avait décliné, laissant la place à une jeune Lune. C'est alors qu'elle constata ce qu'elle savait déjà ou pensait savoir : elle était bien et irrémédiablement seule.


Couleur de RP : Pink


« Et je le vis. Se tenant là, comme un maître incontesté : un immense félin qui contemplait l'immensité de la plaine. Et moi, pauvre hère, j'avançais vers lui, comme hypnotisée : il était un tout dont je ne pouvais détourner mes yeux. Pourtant, de lui, je ne savais rien : ni son nom, ni sa patrie, ni son culte, rien, seulement qu'il était déjà maître de ce domaine qui était le mien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Esseulée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mörendrüll ::  :: RPs Terminés-