AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Là où se cachent les demoiselles du Nord | Kahlan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Là où se cachent les demoiselles du Nord | Kahlan Mar 29 Sep - 20:47
Décidément, quelqu’un veillait sur Antiva. Qu’il s’agisse de l’Unique ou de l’Omen, elle n’en savait strictement rien (et, en fait, elle s’en fichait un peu), mais il était certain que sa chance inouïe était l’œuvre d’une force supérieure. En effet, après avoir échappé à la mort in extremis dans la chaîne montagneuse nordique, elle avait été sauvée dans le désert vert et les interminables enchevêtrements du Serpent.

Pourtant, le mâle qui l’avait sortie de son désespoir représentait, à lui seul, toutes ses craintes et ses peurs d’autrefois. Il incarnait le rejet, la solitude, la maladie, la mort. Il était les parias, les sans-abri, les vagabonds, les infectés. Mais Antiva avait changé, son exil l’ayant fait grandir d’un coup. Elle avait tout oublié de ses phobies passées, ne voyant plus en Aznan qu’un sauveur inespéré. Un héros qui lui avait offert un peu de compagnie, et une survie assurée avec son groupe. De plus, il se souciait de sa santé, et ne tenait pas à la contaminer elle aussi – ainsi, il faisait très attention à son bien-être. Du point de vue de la jeune Umbra, ce comportement était très rassurant, et elle appréciait déjà grandement le borgne. Il en va sans dire qu’elle n’eut pas besoin de réfléchir longtemps avant d’accepter sa proposition à rester avec eux – après tout, elle n’avait nulle part où aller, et au point où elle était, elle se fichait pas mal d’attraper la maladie. Tant qu’elle n’était pas toute seule…

Fatalement, il avait fallu la présenter au groupe. Mais, pour ne brusquer personne – et pour ne pas la plonger directement au milieu d’individus tous plus malades les uns que les autres –, Aznan alla simplement prévenir les siens qu’une nouvelle arrivante allait se joindre à eux, mais allait se tenir un peu à l’écart pour ne pas gâcher sa bonne santé. Une jeune Umbra du nom d’Antiva, originaire du Royaume du Nord. L’intéressée, tapie plus loin, craignait la réaction des nomades. Que penseraient-ils d’elle ? La pauvre s’en voulait de ne pas pouvoir se présenter d’elle-même – elle avait l’impression d’abuser de leur hospitalité, et de la manière la plus impolie qui soit. Mais Natu, la première Walker qu’elle avait rencontrée en dehors du leader, avait été catégorique : il était préférable qu’Antiva s’habitue petit à petit à la présence des infectés plutôt que de plonger parmi eux sans retenue. Même si ça ne l’empêcherait pas d’attraper la maladie tôt ou tard, c’était, selon elle, le meilleur moyen de gagner du temps. Mednill en était un bon exemple… Et, en sa qualité de guérisseuse, les mots de Natu étaient absolus.

Tout ça, Aznan prit aussi le soin de l’expliquer à sa troupe. Mais Antiva n’en savait rien et, attendant sagement sous un arbre, elle angoissait tout doucement. Natu l’avait quittée quelques instants plus tôt, et, seule, l’Umbra attendait que quelqu’un vienne la voir. Ou pas, parce qu’au fond, personne n’était obligé d'aller la rencontrer. Mais elle espérait que quelqu’un vienne quand même…
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Là où se cachent les demoiselles du Nord | Kahlan Mar 29 Sep - 21:46
Là où se cachent les demoiselles du Nord

Aznan était encore parti, cela faisait des jours que la Walker n'avait pas vu le bout de son museau. Il avait pour habitude de les laisser mais cela ne durait jamais longtemps. Cepndant, son absence commençait à se faire ressentir. Des rumeurs se répendaient disant qu'il avait préféré fuir plutôt que se laisser mourir avec d'autres. Il revenait toujours et souvent avec une bonne nouvelle, c'est ce qu'essayait de penser Kahlan pour se rassurer.

Cette fois, tandis que la rousse discutait avec d'autres chasseurs, on vint lui annoncer le retour du chef. Enjouée, comme la plupart de ses compères, elle s'avança vers un petit groupe qui se formait pour se renseigner sur le retour du balafré. Il avait une nouvelle, mais elle ne semblait pas plaire à tout le monde. Kahlan écoutait attentivement ce que son sauveur avait à dire : Une demoiselle allait passer un bout de temps avec eux, cependant le contact physique était interdit car cette dernière n'était pas atteinte du virus qui les rongeait tous. Si la rousse était anxieuse à propos de cette visite, elle était soulagée que le leader ne les ai pas abandonné. Tandis que les walkers retournaient à leurs occupations, elle remarquait la guérisseuse se glisser près d'un pelage qu'elle pensait connaitre. Elle s'avança doucement, à pas feutrés en scrutant ces poils familier. Ainsi, elle ne gênerait pas la conversation des deux félins mais pouvait observer les deux. Lorsque la belle blanche quitta la nouvelle venue, la panthérinae continuait son cheminement. Son pelage, son visage et même la façon de se tenir lui rappelait cette amie oubliée. Alors qu'elle retombait dans les souvenirs doux du royaume nordique, avec cette bonne odeur de thé et cette taverne aux mille merveilles, elle se posa en face de la jolie femelle. Ses yeux s'ouvrirent un peu plus tandis qu'elle restait choqué par la beauté de son ancienne amie. Mais que faisait Antiva ici, elle qui avait tout réussi dans son ancienne cité. Ces pattes commencèrent à s'affoler tandis qu'elle bondissait sur place. Si elle avait eu le droit au contact, elle aurait sans doute renversé la tigré pour lui voler une accolade.

- Je n'arrive pas à croire que ce soit toi. Je pensais ne jamais te revoir. M-Mais que fais-tu ici ?! J'espérais que tu pourrais couler des jours paisibles dans la belle cité... Tu l'aurais mérité plus que quiconque...

Tandis que Kahlan dialoguait, son fessier se posa doucement au sol tandis que son expression divaguait de la joie à des trais d'incompréhension. Est-ce que sa douce amie avait fait quelque chose de mal, ou au contraire, recherchait-elle les lieux inexplorés comme le ferait tout bon aventurier ? Elle priait l'Unique pour que rien de grave ne soit arrivé à la jolie tigresse.
Codage Utauko
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Là où se cachent les demoiselles du Nord | Kahlan Mer 30 Sep - 12:01
Elle ne la vit pas arriver. Elle ne se douta même pas de sa présence, car aucun de ses sens ne l’alerta de l’approche d’un étranger. Etait-ce dû à son inconscience habituelle, à sa sédentarisation chez les Nordiques, à l’oubli de sa vie sauvage, ou au simple fait que la chasseuse savait tout naturellement se faire discrète ? Quoi qu’il en soit, Antiva ne vit la belle rousse que quand elle se planta devant elle. Et, là, elle n’en crut pas ses yeux blanchâtres. Qu’était-ce donc que cette sorcellerie ? Les fantômes du passé revenaient-ils donc la hanter ? Avec tout ce qui se produisait dernièrement, elle n’aurait aucun mal à le croire… La joie qu’elle aurait dû avoir était entièrement masquée derrière son incompréhension et son incrédulité, tandis que les souvenirs refaisaient surface.

« Hé, ma p’tite ! Viens voir un coup. »

La ‘p’tite’ en question se retourne, tout sourire comme à son habitude. Autour d’elle, les convives se réjouissent et commencent déjà à boire, promettant une nuit endiablée. La taverne déborde de rires et de joie. Antiva, en serveuse bien élevée, va se placer près du vieux mâle qui l’interpelle, et écoute sagement ce qu’il a à dire.

« Dis-moi, c’est où qu’tu trouves d’la viande comme ça ? »

Elle feint l’innocence, un sourire mutin étirant ses babines. Elle penche un peu la tête de côté, ayant ainsi l’air plus adorable que jamais.

« Que voulez-vous dire ? »

Mais le vieil habitué n’est pas né de la dernière pluie et il part d’un rire gras, amusé par le comportement de la jeunette.

« J’ai beau être retraité, t’sais bien que j’étais boucher quand j’avais ton âge ! Alors t’vas pas m’faire croire que t’as acheté cette viande au marché ! C’est de la haute qualité, ça ! Tu l’as eue où ? »

Un sourire insolent fait son apparition sur le visage de la demoiselle. Et, tandis qu’elle dresse haut la tête de manière presque noble, elle clame avec fierté :

« C’est ma meilleure amie qui me l’a apportée. C’est la meilleure chasseuse de toute la cité, vous savez ? »


C’est alors que l’apparition prononça quelques mots, et sa voix réveilla d’un coup l’esprit embrumé de l’Umbra.

« Je n'arrive pas à croire que ce soit toi. Je pensais ne jamais te revoir. M-Mais que fais-tu ici ?! J'espérais que tu pourrais couler des jours paisibles dans la belle cité... Tu l'aurais mérité plus que quiconque... »

Ramenée à la réalité des choses bien réelles, Antiva sentit son cœur déborder. Il débordait de tous ces sentiments refoulés : de la joie de retrouver son amie de toujours, du soulagement de trouver en ces terres inconnues un visage familier, du bonheur de savoir la Naturae vivante, des nombreuses larmes qui, suite à son départ, demeurèrent cachées en son âme par son refus de pleurer. Mais là, la demoiselle ne pensait plus à se retenir, et elle laissa les larmes – de joie et de tristesse – couler.

Elle aurait aimé sauter au cou de son amie, mais la pauvre dut se retenir. Aznan et Natu le lui avaient tous deux dit : même les Pantherinae qui avaient l’air parfaitement sains pouvaient être porteurs du virus. Et c’était terrible, de ne pas pouvoir montrer son affection par peur d’être infecté. C’était se montrer ingrat, rejeter l’autre. Antiva s’en voulait, et des larmes de culpabilité vinrent se mêler aux larmes de joie et de tristesse.

Heureusement, elle finit par se calmer, et essuya ses joues et son museau du revers de la patte. Elle aurait voulu fêter ces retrouvailles comme il se devait, ou au moins évoquer de joyeux souvenirs, mais… les paroles qu’elle allait prononcer seraient à jamais teintées d’une noirceur sans équivalent. Un Mal dont il vaudrait certainement mieux taire le nom, de peur de faire pourrir tout Tremblevie rien qu’à son appel. Mais Antiva n’avait pas le choix, si elle devait expliquer la raison de son exil.

« As-tu entendu parler de… de l’Omen ? »

Elle leva sur Kahlan des yeux terriblement tristes. Elle ne savait même pas si la famille de la rousse s’était sortie indemne des récents événements…

« La belle cité n’est plus que ruines. Un envoyé de l’Omen l’a détruite avant de se réfugier dans les égouts – plus personne là-bas n’est en sécurité… La taverne tient à peine debout, et mes parents l’ont transformée en camp de réfugiés. Et moi… J’ai essayé de défendre la ville. »

Son regard vide se porta sur son épaule qui, malmenée par ces jours de marche, avait du mal à guérir complètement. Par chance, c’était là une blessure que Natu pourrait soigner.

« Dandelion n’a rien fait pour nous. Il ne fait toujours rien pour ceux qui se retrouvent sans toit. Lui, il est tranquille dans son palais et… les citoyens ne comptent pas. Je n’ai pas supporté d’être sous la coupe d’un tel empereur… »

Elle baissa la tête, presque honteuse de son aveu. Mais elle n’en pensait pas moins et, comme beaucoup de Nordiques, regrettait amèrement Denmehd. Son sens de la justice et sa conscience l’avaient donc poussée à partir et à chercher un endroit où elle aurait sa place… où elle ne serait plus la tavernière de la plèbe qui, malgré son dévouement envers les siens, serait toujours la dernière de l’échelle.

« Et toi… est-ce que tu vas bien ? »

Cette simple question portait un poids énorme. Elle englobait tout : la maladie, l’errance de Kahlan qui n’avait pas dû être plus douce que celle d’Antiva, si elle avait été impliquée dans les actes de l’Omen… tout.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Là où se cachent les demoiselles du Nord | Kahlan Mar 6 Oct - 15:35
Là où se cachent les demoiselles du Nord

- As-tu entendu parler de… de l’Omen ? Demanda la tigresse qui semblait tout juste de sortir de ses songes. En effet, ce nom lui rappelait cette étrange rencontre avec le singe, une accroche des plus bizarres. A cette question, Kahlan simplement la tête. Sa vieille amie continua alors son récit : La belle cité n’est plus que ruines. Un envoyé de l’Omen l’a détruite avant de se réfugier dans les égouts – plus personne là-bas n’est en sécurité… La taverne tient à peine debout, et mes parents l’ont transformée en camp de réfugiés. Et moi… J’ai essayé de défendre la ville. Dandelion n’a rien fait pour nous. Il ne fait toujours rien pour ceux qui se retrouvent sans toit. Lui, il est tranquille dans son palais et… les citoyens ne comptent pas. Je n’ai pas supporté d’être sous la coupe d’un tel empereur…


Kahlan ne se sentait pas très bien ces derniers temps. Des nausées prenaient sans arrêt son intestin pour finalement remonter le long de sa gorge et se vider sur le sol. Au-delà de ses remontés acides, son poil commençait à la démanger. Elle s'était réfugiée dans sa demeure en espérant que ce mal-être ne soit rien de grave, malgré le fait que cela faisait déjà plusieurs jours. Cependant, la femelle n'était pas dupe. Sa nature de féline herbeuse l'avait protégé de bien des virus et si l'un avait réussi à se glisser, elle savait que c'était quelque chose de grave. La rousse priait pour qu'il ne s'agisse pas de cette maladie qui faisait des ravages dans le sud et qui avait tantôt atteint le nord. Elle aurait bien eût besoin de prendre un petit verre auprès de sa meilleure amie, ne serait-ce que pour se changer les idées mais elle avait peur d'être contagieuse.
Clap clap - Quelqu'un venait de frapper. La lionne sortit de ses songes, mais elle n'avait pas le courage de se lever pour ouvrir. Clap clap - Une deuxième fois, suivit d'une voix familière. Antiva ? Pensa Kahlan, s'inquiétait-elle pour sa santé ? Il était vrai qu'elles ne s'étaient pas revues depuis la mort de leur premier roi. Clap clap - Un troisième fois, beaucoup plus intense cette fois. Il ne semblait pas que ce soit le coup de patte de la tigresse. Puis comme si l'Unique voulait confirmer cette idée : un fracas, laissant entrer une ribambelle d'animaux se présenta. Quelques uns semblaient être restés à l'extérieur, ces derniers étaient tout aussi épuisés. Ceux qui se sont permit d'ouvrir, lui résumait qu'elle était atteinte d'un fléau dont il fallait se débarrasser. Kahlan se fit alors trainée hors de chez elle. Elle jetait un dernier coup d'œil avant d'entrevoir une forme qu'elle reconnaissait :

- Antiva ! Fuis, ne reste pas là ! Ce fut les derniers mots qu'elles purent échanger, mais aucune des deux ne connaissaient encore la vraie raison de ce jour qui transforma leur vie.


Kahlan semblait réfléchir. Son regard se perdait petit à petit. Elle semblait fixer un point invisible qui l'aidait à comprendre. Après quelques secondes, elle releva son museau vers celui d'Antiva pour finalement murmurer :

- Dandelion préfère ceux en bonnes santés et dont les capacités pourraient aider sa personne. Le reste, pour lui, n'est rien. Rien que de la vermine à écraser.

Son regard s'assombrit, comme pour donner un clin d'œil à cette fameuse journée où on l'a jeta dehors.


Codage Utauko
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Là où se cachent les demoiselles du Nord | Kahlan Lun 21 Déc - 19:22
Son récit avait semble-t-il ravivé de douloureux souvenirs dans l’esprit de Kahlan. Quoi de plus logique ? Respectueuse, Antiva garda le silence jusqu’à ce que son amie soit prête à parler. De son côté, elle la couvait d’un regard inquiet, mais un coin de sa conscience n’oubliait pas la joie et le soulagement de la revoir. Un tas d’émotions complexes difficile à démêler, un remue-ménage de sentiments qui fatiguait son cœur. Et ce n’était pas fini.

« Dandelion préfère ceux en bonne santé et dont les capacités pourraient aider sa personne. Le reste, pour lui, n'est rien. Rien que de la vermine à écraser. »

Elle acquiesça doucement, le regard grave. C’était horriblement vrai : l’empereur l’avait prouvé à maintes reprises, et le coup des attentats fut de trop. A l’abri dans son palais, il n’avait rien fait pour les nombreux réfugiés. Les plus fidèles d’entre eux disaient ne pas lui en tenir rigueur et pensaient qu’il était occupé à trouver une solution au mille-pattes dans les égouts. Mais Antiva n’y croyait pas une seconde. De ce qu’elle avait pu voir, le Mammouth était, après tout, sorti du palais lui-même. Il n’avait pas eu à faire face aux murailles censées protéger la ville : toutes les portes lui avaient été ouvertes. Dandelion cachait bien trop de choses à ses sujets, et c’était inadmissible… Pour qui se prenait-il, à jouer ainsi avec les vies de son peuple ? Pour l’Unique ? Sans doute. Raison de plus pour les détester tous les deux.

Mais Antiva ne voulait plus ressasser de telles pensées. Fidèle à elle-même, elle sentit un léger sourire venir égayer son visage et donna un gentil petit coup de museau à son amie de toujours. Certes, le contact lui était interdit. Et alors ? C’était mal connaître la demoiselle que penser qu’elle se tiendrait à carreau. Ce genre d’interdictions était bien trop difficile à respecter – c’était dans ses gènes !

« Tu as raison. Mais au moins, on est ensemble, maintenant ! »

Voir le bon côté des choses, toujours. Elles n’étaient plus sous la coupe de l’infâme empereur mais avaient su se retrouver, dans un lieu où elles étaient libres d’être qui elles voulaient. Antiva en était certaine : elle n’aurait pas pu trouver meilleur leader qu’Aznan. Cela voulait-il dire qu’elle resterait avec les Walkers pour le restant de ses jours ? Elle n’en savait rien. Peut-être s’intégrerait-elle au groupe, peut-être ressentirait-elle le besoin de repartir pour chercher sa place autre part… A dire vrai, elle se sentait un peu comme une usurpatrice ici, seule saine de corps parmi les malades. Elle culpabilisait déjà de sa bonne condition physique : elle, l’Umbra si propice aux maladies… Et son amie, la Naturae qui n’était pas censée tomber malade. Il aurait dû en être autrement.

« Allez, raconte-moi tout ! Je veux tout savoir, dans les moindres détails ! Elle est comment, ta nouvelle vie ? »

Enjouée, enthousiaste, excitée : Antiva était redevenue elle-même. Elle avait tout de la jeune tavernière du Royaume du Nord qui blaguait et s’amusait toute la nuit durant avec les clients qu’elle servait assidûment. Voulant oublier son éreintant voyage, la maladie, l’Omen et l’Unique – bref, tout ce qui la troublait –, elle tenta de changer de sujet. Elle s’intéressait sincèrement à la vie de Kahlan et ses yeux, d’habitude si vides, semblaient pétiller d’impatience. Que lui raconterait-elle ? Avait-elle vécu de folles aventures ? Avait-elle vu mille paysages et visité mille contrées exotiques ? Avait-elle trouvé un compagnon ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Là où se cachent les demoiselles du Nord | Kahlan
Revenir en haut Aller en bas

Là où se cachent les demoiselles du Nord | Kahlan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SÉMAPHORE - CAP CORSE (CORSE DU NORD)
» (64) Relevés Nord-Béarn
» (AFRIQUE DU NORD)
» Nord 59 Archives en ligne
» Journées du patrimoine en Nord-Cotentin!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mörendrüll ::  :: RPs Terminés-