AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

After the battle. [Rashall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
PAROLES : 246
RENAISSANCE : 07/08/2015
AGE : 20
PATRIE : The Herd
CREDO : « POUR L'UNIQUE !! »



PANTHERINAE ID
RANG: Acteur
RÉSUMÉ:
: 36
MessageSujet: After the battle. [Rashall] Dim 27 Sep - 1:34









After the battle

feat. Rashall

Elle s'avançait, sa silhouette dépassant de loin celle des félins alentours. Phénomène accentué par le gros tas de muscles qu'était Sioban comparée à la maigreur squelettique des habitants du Royaume du Sud qui la regardaient passer, certains la couvant d'un regard plein de curiosité, parfois même admirateur, d'autres la toisant de leurs petits yeux méprisants.
Pourtant, peu lui importait. Sioban se traînait, plus nonchalante qu'à son habitude. Les souvenirs de la bataille qui s'était déroulée quelques jours plus tôt dans le désert occupaient son esprit jusqu'à rendre tout ce peuple invisible à ses yeux.
À vrai dire, elle cherchait un endroit tranquille, quelque chose qui lui rappellerait Tremblevie. Les coussins des sofas, c'était très peu pour elle. Elle préférait de loin laisser ce plaisir -ou déplaisir- aux têtes couronnées du palais.

Ses pattes foulèrent le sol des rues du Royaume du Sud, d'abord à allure lente puis son rythme se faisant plus rapide alors qu'elle s'éloignait du centre de la ville. Elle se retrouva bientôt à courir, de plus en vite, accélérant la cadence comme lorsqu'elle prenait en chasse une proie. Et si la douleur se fit brusquement ressentir dans ses muscles endoloris, rouillés par la bataille et brusquement réveillés par sa course effrénée, elle ne l'arrêta point, bien au contraire.
L'air fouettait son visage. Bien que le vent n'était pas particulièrement froid en ce jour, sa vitesse le rendait plus mordant. Mais ce n'était pas désagréable, au contraire : Sioban prit une grande goulée d'air frais, se sentant bien plus à l'aise pour respirer qu'à l'intérieur du Royaume du Sud.

La femelle Prius termina sa course à l'orée de la forêt. Elle s'arrêta un moment, regardant le tapis de ronces qui recouvrait la litière du bois sombre qui s'étendait devant elle : comme elle était loin la jolie forêt de Tremblevie avec sa lumière baignée de lumière.

Ses côtes se soulevaient brusquement au rythme de sa respiration. L'effort était douloureux, chaque inspiration réveillant ses ecchymoses dissimulées sous son duvet couleur sable. Mais tous les félins de Mörendrüll savaient qu'un Prius ne se laissait pas abattre par de simples contusions, et Sioban n'échappait pas à la règle, si bien qu'elle n'y fit pas attention, se contentant d'attendre que sa respiration reprenne un rythme à peu près normal.
Elle n'eut pas longtemps à attendre, son endurance de chasseuse l'ayant formé à une récupération rapide.

Lentement, elle plia ses membres pour s'allonger sur le sol frais, mais cependant moins glaçant que le sol du palais. Le contact avec l'herbe était agréable, vraiment. Elle se surprit même à fermer les yeux quelques instants en ronronnant de plaisir. Pourtant, ses paupières vinrent se rouvrir pour observer la cité qui se dressait fièrement devant elle.
Pour fuir la tempête provoquée par la mort de Disease, le vautour répugnant envoyé par une entité opposée à l'Unique, les félins Prius avaient suivi la reine Raya qui leur avait généreusement offert leur aide. Peut-être un peu trop gentiment au goût de Sioban, d'ailleurs. Son peuple avait déjà subit une tentative de manipulation de la part de l'empereur du Nord qui souhaitait les utiliser comme bouclier et bête de combat. Sincèrement, la femelle Prius ne souhaitait guère voir le scénario se répéter avec le Royaume du Sud, bien qu'elle était presque certaine de comment se clôturerait l'issue de cet asile.

Nomade, Sioban avait été contrainte de beaucoup voyager avec le reste de sa Harde. Elle avait toujours aimé ça, découvrir de nouveau lieux, bien qu'un peu nostalgique de ne jamais pouvoir s'installer vraiment quelque part. Mais le Royaume du Sud ne lui plaisait guère. Elle y étouffait, et bien qu'en tout point différent avec le Royaume de Dandelion, il lui rappelait bien trop les terres du nord.
Ici, elle ne serait jamais chez elle.



Avatar (c) Nix.
Signature (c) Dumdog.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
PAROLES : 75
RENAISSANCE : 12/01/2015
AGE : 21
PATRIE : The Herd
CREDO :

« Here we are don't turn away now, we're the warriors that build this town from dust! »




PANTHERINAE ID
RANG: Héros
RÉSUMÉ:
: 14
MessageSujet: Re: After the battle. [Rashall] Dim 27 Sep - 22:42

Rashall avait toujours su profiter des grandes cités de Mörendrüll, durant ce genre de halte il prenait le temps de se remplir le ventre avec toutes sortes de mets en bon épicurien qu'il était. Le Sud, contrairement au Nord il fallait le dire, n'avait pas grand chose à offrir si ce n'était des sourires forcés et des citoyens maigre.
En plus de se servir çà et là de quoi manger toute la journée, l'ex-Général avait pris le temps d'évaluer la force de l'allié d'un jour: Qu'ils étaient misérables. Le vieux mâle en éprouvait presque un trop plein de satisfaction qui venait lui arquer les commissures des lèvres jusqu'aux oreilles. Il était fier de pouvoir se pavaner des les rues du Sud avec ses muscles et son gras, de plus il était fier que ses camarades puissent aussi le faire. Les Prius étaient fiers, la Harde était grande et surtout elle était unie! C'était loin d'être le cas des citoyens du Sud, leurs regards en disaient long et dans chacun d'entre eux on pouvait lire l'envie profonde de se rebeller contre un régime qui ne leur convenait assurément pas, malheureusement leur été physique ne leur permettaient pas. Dire qu'ils n'étaient que des tas d'os seraient exagéré, mais sur certain on pouvait déjà voir se creuser l'étreinte de la famine. Peut-être que s'ils étaient assez affamés ils sauteraient tous sur le bon vieux Rashall qui se pavanait avec toute cette masse de chaire qui ornait son squelette.

C'est sur cette réflexion bête, qui ne manqua pas de l'amuser et le rengorger d'une fierté mal placée que Rashall abandonna le brouhaha de la ville et ses regards beaucoup trop curieux à son gout pour s'enfoncer dans la forêt maudite du Terrhel.

Rien n'était très accueillant dans le Sud si ce n'était cette chère sorcière de Reine qui l'était même un peu trop selon la plupart des Prius, mais le Terrhel était de loin le lieu le plus affreux. A chaque pas les coussinets du vieux bougon se trouvaient déchirés par les assauts perfides des ronces qui serpentaient le sol. Le museau du pauvre géant se plissait sous le coup de la colère et ce un peu plus à chaque pas et alors qu'il avait pour idée de faire demi-tour quelque chose vint lui titiller les narines.
Il ne fit même pas attention à l'odeur qu'avait laissé l'un de ses congénères, il n'en avait que faire, mais cette odeur de renfermé, cette pourriture nauséabonde venait de le frapper en plein visage comme le soleil au milieu du désert. Comme piqué au vif par la curiosité - en plus de l'odeur - l'ancien s'élança et ignora même toutes les ronces qui venaient lui arracher les cotes et les pattes. Sa vue avait baissée depuis l'attaque de Disease mais ce petit inconvénient était loin de stopper le Prius dans sa course et ce même dans la pénombre du Terrhel. Néanmoins, le corps affalée du congénère précédemment - plus ou moins - repéré s'était avéré être un véritable obstacle. Le gros mâle trébucha lamentablement et lourdement sur le flemmard, volant quelques mètres au dessus avant de s'écraser plus loin sur le sol plutôt humide, inévitablement rattrapé par la gravité.

- BORDEL! L'impact fût si violent - dira t-on - qu'il en avait soulevé les rochers environnants et même la plus grande des montagnes du Nord. Mais il n'avait pas de temps à perdre avec sa bête chute, Rashall se redressa et alors qu'il s’apprêtait à se remettre en chemin il sentit que l'odeur s'était faite encore plus présente, comme s'il s'en était rapproché. Ses moustaches s'orientèrent vers l'avant et se arquèrent devant son museau comme si elles allaient se refermées les unes sur les autres. Là il grimaça de dégout et se tourna vers l'individu sur lequel il venait de trébucher: Sioban. Il ne la reconnu pas du premier coup d’œil, encore perturbé par sa chute et par sa vue qui se faisait de plus en plus mauvaise depuis Disease.

- C'est loin d'être le spot le plus agréable pour piquer une foutue sieste ça, mouflarde! Sa voix s'éleva, il en avait presque fait trembler tous les arbres aux alentour tant elle portait et tant elle était grave. Ça sent le macabé! Ça sent tellement le macabé et pis ça me prend tellement les naseaux que j'ai l'impression de crever de l'intérieur! Il coinça sa langue entre ses longues canines et plissa les lèvres tout en observant autour de lui.

- Putain c'est vraiment atroce. Remarqua t-il avant de se tourner vers Sioban et de lui adresser un regard plutôt autoritaire: Aller Céléstine! Debout. Puis ses traits semblèrent s’adoucir un instant.

- Ça ne vient pas de toi au moins? T'es pas venu ici pour te laisser crever? Le vieux mâle haussa un sourcil. Après un si bon combat, bon Dieu que ce serait con! Avait-il braillé avant d’enchainer sur un rire gras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
PAROLES : 246
RENAISSANCE : 07/08/2015
AGE : 20
PATRIE : The Herd
CREDO : « POUR L'UNIQUE !! »



PANTHERINAE ID
RANG: Acteur
RÉSUMÉ:
: 36
MessageSujet: Re: After the battle. [Rashall] Mer 30 Sep - 14:39






After the battle

feat. Rashall

Elle finit par se redresser en grimaçant sous l'effet de ses muscles endoloris. Les effluves et les sons de la ville étaient jugés encore trop proches à son goût, ou peut-être était-ce ce sentiment de se trouver à découvert, cette sensation de ne pas se sentir en sécurité. Sans aucun doute ce dernier phénomène était-il lui même lié aux événements récents qui s'étaient déroulés quelques jours plus tôt car cette insécurité soudaine, elle ne l'avait jamais autant ressenti que ces derniers temps suivant l'attaque de Disease.

La femelle s'étira péniblement, allongeant ses antérieurs loin devant elle. Ses griffes, sorties, vinrent titiller le sol, creusant de légères traces à peine visibles dans la terre meuble. Puis, jetant un dernier coup d’œil à la cité qui s'élevait derrière elle, Sioban s'enfonça dans la forêt sombre de Terrhel.

Elle ignora les ronces qui lui agressaient les coussinets et qui s'accrochaient à son duvet de poil, griffant sa peau, tentant de s'y enfoncer pour atteindre sa chair. Elle se contentait de marcher d'un pas léger, l'esprit autrement occupé que par les abominables plantes qui tendaient vers elle leurs piquants.

L'odeur était atroce en réalité. À peine la Prius était entrée dans la forêt qu'elle avait perçu cette odeur flottante de charogne. Mais voilà qu'elle se faisait de plus en plus prenante au fur et à mesure que Sioban s'enfonçait dans le bois sombre, si bien que bientôt, ce qui n'était auparavant qu'une effluve vient la prendre à la gorge, emplissant ses narines d'une odeur nauséabonde. Ses poumons se remplirent de l'air pollué, à tel point que, bientôt, elle pu presque sentir le goût de la viande faisandée sur ses papilles tant la puanteur emplissait son être entier.
Elle fut forcée de faire demi-tour tant l'air était insoutenable dans cette partie-ci de la forêt. Néanmoins, la femelle était plus attentive à sa marche, regardant précautionneusement où elle posait chacune de ses pattes, de peur d'enfoncer ses coussinets dans un quelconque cadavre en décomposition.

Finalement, elle trouva un endroit où elle serait -pensait-elle- tranquille au moins durant quelques instants propices à sa récupération. Il s'agissait d'une sorte de petit trou dans la végétation rase qui lui offrait ainsi la parfaite litière pour s'allonger sans s'écorcher aux plantes agressives du sous-bois.
Elle s'y recroquevilla alors, bien que la sorte de clairière de fortune laissait largement la place pour rentrer quatre Prius des plus imposants.
Ici, l'odeur semblait se faire moins forte, bien que toujours présente. Peut-être s'était-elle seulement habituée à ses effluves de charognes. Au moins, cela dissuaderait la plupart des animaux normaux de venir troubler son repos.

La femelle se permit de fermer les yeux, les narines camouflées derrière son énorme patte antérieure dans l'espoir de se préserver un minimum de l'air putréfié. Elle tenta de se détendre, de ne plus tendre l'oreille pour capter le moindre son alentour et ainsi comprendre ce qui se déroulait autour d'elle sans même ouvrir les yeux, - bien que la forêt était plongée dans un silence presque pesant - essayant d'abandonner ses instincts qui faisaient d'elle l'être prudent qu'elle était.
C'est au bout d'une bonne demi-heure qu'elle réussi à se décontracter et à ainsi s'abandonner aux bienfaits de la somnolence. Elle se laissa divaguer, à présent insensible à l'environnement qui l'entourait, glissant de plus en plus vers le poitrail de Morphée qui l'attendait, les bras grands ouverts.

Pourtant, le bruit d'agitation de la végétation, ce son si caractéristique des tiges et des feuillages qui s'effleurent vint briser le silence de la forêt, tirant en même temps Sioban de son demi-sommeil.
La femelle ouvrit brusquement les paupières, ses yeux venant se fixer sur l'énorme Prius qui fonçait droit vers elle. Elle n'eut même pas le temps reconnaître la fusée qui se ruait aveuglément droit devant, ni même de crier dans le but de la stopper: l'impact se fit. Le gros tas de viande trébucha sur le corps couleur crème de la femelle, l'envoyant rouler dans la poussière tandis que lui s'étalait de tout son long – de manière fort peu gracieuse, il fallait le dire – sur la litière en décomposition de la forêt.

« Hmph... »

Sioban, sur le dos, les quatre pattes en l'air, s'empressa de rouler sur le côté pour cacher sa partie vulnérable : son ventre. Elle pivota alors la tête, les oreilles en arrière. Puis, clignant des yeux pour tenter de se débarrasser des grains de poussières qui gênaient sa vue, elle reconnu sans peine – bien que l'intéressé lui tournait le dos - Rashall, l'énorme Rashall, de par sa carrure et sa crête si caractéristique, alors que ce dernier jurait :

« BORDEL! »

Pendant un instant, la femelle Prius cru qu'il ne la remarquerait pas, qu'il continuerait sa route sans se poser de questions, comme savait si bien le faire Rashall. Mais bien que cette situation l'aurait clairement arrangée, il en fut autrement : le mâle se stoppa, semblant renifler les effluves dégagée par Sioban. Il pivota lentement jusqu'à lui faire face et vint poser ses deux petits yeux sur le corps poussiéreux de la femelle, yeux dont les contours étaient encore marqué par l'attaque de Disease et où les poils commençaient à peine à repousser sur la peau nue et rosée de son aîné Prius.

« C'est loin d'être le spot le plus agréable pour piquer une foutue sieste ça, mouflarde! Ça sent le macabé! Ça sent tellement le macabé et pis ça me prend tellement les naseaux que j'ai l'impression de crever de l'intérieur! »

Il fallait l'avouer, ça ne sentait pas la rose. À peine ses narines avaient-elles quitté la douce protection olfactive de son énorme patte, qu'elles avaient de nouveau été agressées par l'odeur de cadavre qui flottait à Terrhel. Pour l'une des rares fois de sa vie, donc, – ou du moins, aussi loin qu'elle s'en souvenait – les pensées de Sioban rejoignaient celles de Rashall. Aussi péjoratif que pouvait l'être cette dernière phrase, le mâle avait raison : l'air était vraiment nauséabond.
Mais sincèrement, ce dernier ne se posait-il pas la question de ce qui avait amenée la femelle dans cette forêt. Ne lui venait-il pas à l'esprit qu'elle avait juste souhaité être tranquille, sans personne pour troubler son sommeil ?
Apparemment non, puisque bientôt, l'imposant Prius reprit la parole, visiblement peu soucieux d'avoir nui à la sieste de sa comparse :

« Putain c'est vraiment atroce. Allez Céléstine! Debout. » Lui ordonna-t-il de ce ton autoritaire qu'il avait l'habitude de prendre.

Rashall semblait parfois oublier qu'il avait été destitué de toutes ses responsabilités de Général des Armées. Pourtant, la femelle s’exécuta et se releva nonchalamment en roulant sur le ventre pour se remettre sur ses quatre pattes. Elle s'ébroua alors, chassant les particules de poussières qui s'étaient accrochées à son pelage plus fourni qu'un quelconque autre félin de Mörendrüll alors que son supérieur continuait son monologue :

« Ça ne vient pas de toi au moins? T'es pas venu ici pour te laisser crever? » Sur ces mots, il s'exclaffa, riant grassement. « Après un si bon combat, bon Dieu que ce serait con! »

Sioban, qui était restée muette jusqu'à présent, se stoppa net, la tête basse et les pattes encore à demi fléchies de par sa position d'ébrouement qu'elle effectuait un instant plus tôt. Les yeux fixés sur Rashall, arborant une mine grave, elle haussa un sourcil, semblant réellement chercher où pouvait bien ce cacher cette once d'humour dans la phrase qu'avait prononcé l'ex général, il y avait de cela quelques secondes, qui pouvait bien le faire rire autant.
Sérieusement, qu'y avait-il de drôle ? Le mâle Prius semblait prendre la situation avec une attitude je-m'en-foutiste déconcertante. La babine de la femelle, encore dépourvue de moustaches et de poils qui peinaient à repousser suite à l'attaque du jet d'acide de Disease qu'elle s'était échinée à esquiver, tiqua : le mâle n'avait-il pas conscience que Disease n'était que le début ? Qu'une simple marionnette d'introduction ? Ou prenait-il la chose à la légère pour tenter de détendre tout le monde ? Sioban penchait plutôt pour la première option, commençant à connaître Rashall depuis les quelques années qu'elle avait passé à vivre avec lui suite à leur éveil des glaces.

La femelle finit par sortir de sa torpeur, cessant de fixer Rashall de son regard blasé. Se redressant pour prendre une stature un peu plus correcte et confortable, elle se décida enfin à ne plus laisser son supérieur hiérarchique parler seul.

« Je cherchais juste un peu de tranquillité. » Lâcha-t-elle d'un ton neutre, espérant secrètement qu'il comprendrait le message subliminal qui se cachait dernière ses mots, puis elle reprit plus ironiquement : « Sois tranquille Rashall, je ne me laisserai pas mourir. »

Sa langue râpeuse vient chercher le contact avec la peau nue qui recouvrait son épaule, nouvelle trace de son combat passé dans le désert. Elle humidifia la plaie cicatrisée, feignant l'indifférence face à la présence du mâle.



Avatar (c) Nix.
Signature (c) Dumdog.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: After the battle. [Rashall]
Revenir en haut Aller en bas

After the battle. [Rashall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les proxy pour Battle
» THE PRINZ EUGEN FILM The Battle of the Denmark Strait .
» Bataille Warhammer Battle contre mes nains
» JJBA All Star Battle (PS3)
» Whitney Houston - Battle Hymn Of The Republic (WHH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mörendrüll ::  :: RPs Terminés-